Maria Montessori déduit des observations scientifiques des enfants qu’elle a menées pendant près de 50 ans, des principes rigoureux qui vont favoriser un développement harmonieux de l’enfant.

L’adulte qui s’occupe de l’enfant, doit créer un environnement dans lequel l’enfant peut librement se déplacer, découvrir et répondre à son désir d’apprentissage. L’environnement ainsi préparé, permet à l’enfant d’être libre de toucher, de se déplacer, de progresser et de se construire dans un grand respect du matériel et des autres.

L’enfant ainsi acquiert l’autonomie qui va lui permettre de développer sa concentration et sa confiance en lui.

L’éducateur est un guide rassurant, présent lorsque l’enfant en a besoin. Une fois devenu adulte, il n’est pas perdu dans le monde, il essaye simplement de découvrir son environnement et de le comprendre, comme il le faisait quand il était petit.

 

L’esprit absorbant -

Maria Montessori explique que l’enfant, inconsciemment, emmagasine tout ce qui se trouve dans son environnement, il l’absorbe comme un buvard. C’est-à-dire qu’il intègre directement et durablement tout ce qui se trouve, mais aussi se déroule autour de lui : l’aménagement de la pièce, l’attitude de l’adulte, la langue parlée, etc. Cette notion d’esprit absorbant, si fondamentale dans la pédagogie Montessori est aujourd’hui prouvée par les neurosciences qui nous indiquent que chaque expérience vécue par l’enfant, bonne ou mauvaise, agréable ou désagréable, va modifier directement la structure même de son cerveau. Or, l’architecture du cerveau d’un enfant à 6 ans sera à peu près la même que celle qu’il aura adulte. Bien sûr, l’enfant aura besoin de faire, de répéter, d’expérimenter pour maîtriser ce qu’il voit. . Il doit trouver dans son environnement tout ce qui permettra à son esprit absorbant de se développer sur des bases saines, heureuses et stimulantes.

 

L’environnement/la classe -

Maria Montessori a immédiatement mis en place des bureaux et des chaises à la taille de l’élève. Elle a créé un matériel scientifique qui permet à l’enfant de se développer et de bien apprendre en manipulant. Ce matériel pédagogique est rangé sur des étagères basses à la portée des enfants.

Le matériel de chaque domaine est regroupé sur des étagères où il est rangé du plus facile au plus difficile, de la gauche vers la droite et du haut vers le bas afin de permettre à l’enfant une certaine liberté.

L’adulte évolue dans la classe et fait des présentations individuelles en fonction de ses observations des enfants. Le contrôle de l’erreur présent dans la majorité du matériel permet à l’enfant de s’auto- corriger et donc d’apprendre de ses erreurs qu’il accepte.

 

 Le mélange des âges -

Un autre aspect fondamental dans une ambiance Montessori, est celui d’y accueillir des enfants d’âges mélangés. Ces tranches d’âges ont été définies en fonction des stades de développement de l’enfant. Les plus jeunes, qui observent bien entendu tout ce qui se déroule autour d’eux, apprennent énormément et sont tirés vers le haut en voyant ce que les plus grands font. Les plus grands eux, apprennent à respecter la sensibilité, la différence d’âge des plus jeunes. Ils ont conscience qu’ils doivent se comporter en exemple car très souvent, les plus jeunes vont chercher à reproduire leurs attitudes. Cela est alors très valorisant pour eux car ils se rendent compte qu’ils ont un véritable rôle, un impact sur d’autres êtres humains. Ils prennent plaisir à les aider, les accompagner, leur montrer comment faire.

 

Le rôle de l’éducateur -

Un des grands bouleversements qu’apporte la méthode Montessori, est de donner un rôle complètement nouveau à l’adulte. L’éducateur, accorde une place importante à son observation des enfants en fonction de laquelle il adapte l’environnement, et décide les présentations individuelles du matériel pédagogique, qu’il propose à chaque enfant.

L’éducateur est un guide pour l’enfant et un modèle. Maria Montessori préconisait qu’avant de s’occuper des enfants, tout adulte devait faire un travail sur lui-même afin de se débarrasser de l’orgueil et de la colère.

L’adulte doit avoir un grand respect pour chaque enfant et respecter son individualité. Il ne fait jamais à sa place et l’aide uniquement quand cela est absolument nécessaire. Il lui apprend à faire seul. Dans une école Montessori, on respecte le rythme d’apprentissage de chaque enfant.

 

Les périodes sensibles -

Chez les enfants, les périodes sensibles se caractérisent par un désir profond d’acquérir une compétence. Si l’enfant n’a pas la possibilité d’assouvir ce besoin, l’occasion sera perdue à jamais, et il sera alors très compliqué d’y revenir ! Détecter ces périodes sensibles, et proposer une activité adaptée à l’envie de l’enfant, c’est le placer dans une perspective de réussite car on réussit facilement ce qu’on a envie de faire. Les principales périodes sensibles sont :

-          La période sensible de l’ordre, cette période commence dès la naissance. L’ordre doit donc se retrouver dans tous les aspects de la vie de l’enfant : l’école, la maison, la routine quotidienne…

-          La période sensible du mouvement, l’enfant a besoin de développer sa motricité globale, c’est-à-dire d’apprendre à maîtriser tout son corps, et sa motricité fine, perfectionner au maximum la précision de sa main.

-          La période sensible du langage passant par l’enrichissement exponentiel du vocabulaire du jeune enfant. Tout enfant, peu importe la difficulté de sa langue maternelle, apprendra à la parler parfaitement, du moment qu’on la lui parle et qu’il l’entend. Jamais une langue ne sera aussi bien apprise qu’elle l’aura été dans l’enfance.

-          La période sensible du développement des sens. L’enfant découvre le monde par ses sens et doit pouvoir les affiner toujours davantage. Le matériel sensoriel permet à l’enfant de mieux comprendre et apprécier son environnement.

- La période sensible du comportement social : l’enfant découvre et accepte les règles de la vie en société et apprend la maîtrise de soi.

 

La liberté dans un cadre -

Maria Montessori disait que jamais discipline et liberté n’avaient été autant liées que dans sa méthode. Il n’a jamais été question de laisser l’enfant faire n’importe quoi ou tout ce qu’il veut dans l’ambiance. Le respect est un des fondements de la pédagogie, ce qui comprend donc le respect de soi, des autres et de l’ambiance. Après, tout ce qui est mis en place est étudié soigneusement, de sorte que paix et sérénité règnent, et doivent régner pour que chacun puisse s’y épanouir pleinement. L’éducateur fixe les règles, ce qui permet à chacun de se développer tout en respectant l’autre. De plus, l’enfant ne peut pas s’épanouir s’il n’est pas guidé, si aucune limite ne lui est fixée, et c’est bien à l’adulte que revient ce rôle. Le but de l’adulte est de pouvoir se dire que les enfants agissent de façon ordonnée et disciplinée comme s’il n’était plus là, non pas parce qu’ils craignent une éventuelle répression ou parce qu’ils cherchent une récompense, mais bien parce qu’ils sont des êtres autodisciplinés, dont la nature profonde les pousse à agir convenablement, dans le respect de soi et des autres.

Maternelle-13.jpg